Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Le lobby du régime iranien, NIAC, épinglé au Etat unis

Le lobby du régime iranien, NIAC, épinglé au Etat unis

Par Shahriar Kia

Le 14 janvier 2020, trois sénateurs américains, Mike Braun, Ted Cruz et Tom Cotton ont appelé le ministère américain de la Justice à enquêter sur le National Iranian American Council (NIAC), un groupe de pression du régime iranien.

Mardi, les sénateurs ont envoyé une lettre au procureur général William Barr, appelant à une enquête sur le NIAC et son organisation sœur, NIAC Action, pour des violations potentielles de la Loi sur l'enregistrement des agents étrangers (FARA).

<< Le FARA oblige les personnes agissant en qualité d'agents étrangers à titre politique ou quasi politique à divulguer périodiquement au public leurs relations avec le pays mandataire étranger, ainsi que leurs activités, à s'abstenir de certains types de discours", a indiqué la lettre des sénateurs.

«La marque publique inoffensive de la NIAC masque un comportement troublant. Par exemple, le 31 décembre, le NIAC a diffusé un mémorandum par courrier électronique accusant le gouvernement américain pour les attaques répétées des milices soutenues par l'Iran contre les forces américaines en IRAK et la tentative de prendre d'assaut l'ambassade américaine à Bagdad. Le 9 janvier, les membres du personnel de la NIAC et de la NIAC Action ont tweeté et retweeté les théories du complot détournant le blâme du régime iranien pour avoir abattu un avion de ligne civil ukrainien, tuant 176 personnes. »

Les sénateurs ont mentionné les actions du NIAC et ses relations avec le régime iranien:

«Ces actions inquiétantes ne sont que les derniers développements de cette nature. Les relations de la NIAC avec le régime iranien et son rôle d'amplification de la propagande du régime aux États-Unis font l'objet de discussions à Washington D.C. depuis des années. »

«Au cours du processus de découverte d'une action en diffamation intentée en 2008 par la NIAC, il est apparu que le fondateur de la NIAC, Trita Parsi, avait organisé des réunions entre Javad Zarif, ancien ambassadeur d'Iran auprès des Nations Unies et actuel ministre des Affaires étrangères, et des membres de Congrès."

"Lorsqu'on lui a présenté ces informations, l'ancien directeur adjoint adjoint du FBI, Oliver Revell, a déclaré que" l'organisation de réunions entre des membres du Congrès et l'ambassadeur d'Iran auprès des Nations Unies exigerait, à mon avis, que cette personne ou entité s'inscrive en tant qu'agent d'une puissance étrangère, dans ce cas l'Iran. "

Oliver Revell faisait référence à une réunion entre l'ancien ambassadeur du régime iranien auprès des Nations Unies et l'actuel ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et des membres du Congrès en 2008, organisée par Trita Parsi.

De plus, les sénateurs ont cité des agents du F.B.I. qui ont déclaré que le NIAC avait participé au lobbying pro-iranien.

"L'ancien directeur politique par intérim de la NIAC, Patrick Disney, a admis dans des courriels internes que lui et le directeur de l'organisation passaient plus de 20% de leur temps à mener des activités de lobbying", indique la lettre.

Trita Parsi a des relations très étroites avec les hauts responsables du régime iranien, et la NIAC a fait l'objet d'un examen public pour ses efforts visant à organiser des réunions entre des responsables américains et iraniens.

«Alors que l'administration Obama cherchait à signer l'accord nucléaire avec l'Iran, le NIAC a joué un rôle central dans ce que le responsable du Conseil de sécurité nationale d'Obama, Ben Rhodes, a décrit comme la« chambre d'écho »de l'administration. Un réseau de responsables de l'administration Obama et d'organisations extérieures a diffusé des points de discussion aux journalistes qui ont soutenu l'affaire en faveur de l'accord et minimisé le parrainage par l'Iran des opérations terroristes régionales », lit-on dans un article de Washington Free Beacon, ajoutant:

«Ces dernières semaines, le NIAC a diffusé des informations condamnant le meurtre par l'administration Trump du haut général iranien Qassem Soleimani. Beaucoup de ces points de discussion parrainés par la NIAC ont répété la propre propagande du régime iranie.

La lettre incite les législateurs à ouvrir une enquête sur les violations potentielles par la NIAC de la loi américaine.

«Le NIAC a reçu l'ordre de verser plus de 180 000 $ en 2013 au fonds de défense juridique d'Hassan Daioleslam, un écrivain irano-américain, à la suite d'un procès en diffamation qui a échoué. Daioleslam a accusé le NIAC de ne pas avoir dévoilé ses efforts de lobbying clandestins pour annuler les sanctions contre Téhéran, a rapporté précédemment The Free Beacon ».


Photo de Trita parsi avec une délégation du régime iranien



Trita parsi accueil la délégation du régime à Lausanne lors des négociation sur le nucléaire en mars 1015

Negar Mortazavi et Mina Jafari, membres du NIAC, en photo avec le ministre des Affaires étrangères du régime iranien, Mohammad Javad Zarif.

Il convient de noter que les hauts responsables du régime iranien ne prennent pas de photos avec les gens à moins qu'ils ne soient certains de leur loyauté.

Le NIAC a été le principal débouché du régime iranien à Washington. Le NIAC et son fondateur Trita Parsi ont des contacts directs avec le régime des mollahs en Iran et ont agi en tant que principaux négociateurs pour Téhéran à Washington.

En coordination directe avec le régime iranien, Parsi a tenté de justifier les politiques du régime tout en exhortant à des concessions unilatérales des États-Unis au régime, en le considérant comme la seule option capable d’induire un changement de comportement de la part de Téhéran. Une partie intégrante de cette approche a consisté à diffuser des mensonges et des accusations contre la Résistance iranienne et en particulier contre l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK).

Parsi et le NIAC ont mené une campagne de diabolisation contre l'OMPI. Selon la propagande du NIAC, l’OMPI et non le pouvoir iranien qui est le principal problème de la société iranienne et le principal obstacle au changement en Iran.

Contexte

En 2002, la NIAC a été fondée par Parsi avec l'aide de Bob Ney (l'ancien membre du Congrès de l'Ohio parlant le farsi, qui a été condamné à 30 mois de prison en 2007 pour mensonge et fraude), et de deux lobbyistes bien connus, Roy Coffee et Dave Di Stefano. À l'époque, en tant qu'immigrant de Suède, Parsi a commencé ses activités à Washington dans le bureau de Ney. Il a inscrit la NIAC comme un organe qui « parle au nom et protège les intérêts de la communauté irano-américaine ». Selon M. Coffee, Parsi, Ney, Coffee et Di Stefano ont travaillé pendant neuf mois à la création de la NIAC dans le but de lever les sanctions contre le régime théocratique en Iran.

Trita Parsi a commencé ses activités pro-régime iranien en 1997 en Suède en fondant une petite organisation de lobbying appelée « Iraniens pour la coopération internationale » (IIC) qui avait l'habitude d'envoyer des pétitions et des lettres aux membres du Congrès. Dans un document de l'IIC publié lors d'un procès ultérieur, M. Parsi a expliqué les activités et les objectifs de l'IIC comme suit : « L'IIC a été fondée en août 1997 par Trita Parsi, l'actuel président... Notre programme est couronné par la levée des sanctions économiques et politiques américaines contre l'Iran... L'IIC est capable d'organiser la base et de faire pression sur les législateurs américains pour qu'ils adoptent une position plus favorable à l'Iran. »

JAVAD ZARIF : LE PRINCIPAL CONTACT DE PARSI DANS LE RÉGIME IRANIEN JUSQU'EN 2007

Depuis la fondation de son organisation, Parsi a établi des contacts étroits avec Javad Zarif, alors représentant permanent du régime iranien à l'ONU. Dans sa correspondance avec le régime des mollahs, Parsi a continué à montrer sa loyauté envers le régime, soulignant qu'il a fait tout son possible à cet égard.

Pendant son séjour à New York, Zarif a entretenu des relations très étroites et amicales avec Parsi, ce dernier étant en fait l'interlocuteur de Zarif en de nombreux endroits, ainsi que son contact avec les médias et les membres du Congrès. Zarif avait placé une confiance totale en Parsi. Une partie de la correspondance entre les deux hommes justifie clairement ces conclusions :

  • Le 23 août 2006, après que Zarif est rentré à New York d'un voyage en Iran, Parsi lui a envoyé un courriel dans lequel il demandait avec insistance de voir la proposition du régime des mollahs que Zarif avait rapportée. Dans son courriel, Parsi avait indiqué que les membres du Congrès accueilleraient très probablement favorablement la proposition.
  • Le 28 septembre 2006, Parsi a informé Zarif dans un courriel que, selon ses sources, John Bolton ne serait pas en mesure d'obtenir suffisamment de votes au Sénat pour sa nomination en tant que représentant permanent des États-Unis à l'ONU.
  • Le 26 octobre 2006, Parsi a proposé à Zarif des rencontres avec deux membres du Congrès, ajoutant qu'ils s'opposaient à la politique américaine envers l'Iran et qu'ils voulaient rencontrer Zarif. En réponse, Zarif a déclaré qu'il se réjouissait toujours de telles rencontres tout en exprimant sa gratitude à Parsi pour son aide. Il a également demandé que Parsi détermine les détails et le contexte de ces rencontres.
  • Le 22 décembre 2006, Parsi a transmis à Zarif un nouvel article qu'il avait publié et que Zarif a qualifié d'« excellent » dans un courriel subséquent. Ce type de correspondance se produisait régulièrement entre les deux.
  • Le 6 février 2007, alors que John Limbert était un citoyen ordinaire, Parsi a organisé une rencontre entre lui et Zarif. M. Limbert a ensuite été nommé Secrétaire d'État adjoint pour l'Iran dans le gouvernement Obama, poste qu'il a occupé pendant près d'un an et demi.
  • En même temps, Parsi a exprimé son regret que Zarif soit sur le point de quitter son poste à New York, disant qu'il était profondément triste et qu'il espérait rencontrer Zarif une fois de plus avant que ce dernier ne quitte New York.
  • Une semaine plus tard, le 19 mai, dans un courriel à Zarif, Parsi a envoyé un rapport sur ses activités, disant qu'il s'arrangeait avec ses amis pour organiser deux conférences au cours desquelles Zarif pourrait également prendre la parole.

PARSI ET L'ANCIEN PRÉSIDENT DU RÉGIME MAHMOUD AHMADINEJAD

Pendant la présidence de Mahmoud Ahmadinejad, Parsi a établi des contacts actifs avec sa faction.

En plus de rencontrer Ahmadinejad personnellement, Parsi a également rencontré les plus proches conseillers d'Ahmadinejad, tentant d'établir des contacts secrets entre l'équipe d'Ahmadinejad et les responsables américains. Parsi a fait beaucoup d'efforts dans ce sens. Dans une déclaration officielle sous serment, il a reconnu avoir rencontré Ahmadinejad à New York avec un groupe lié à des groupes de réflexion et à des centres de recherche aux États-Unis.

  • En août 2008, Parsi a rencontré des responsables du régime des mollahs à La Haye, dont Ali Akbar Soltanieh, représentant du régime à l'Agence internationale de l'énergie atomique. Dans une correspondance électronique en date du 17 août, Parsi et Soltanieh ont tous deux exprimé leur satisfaction et leur plaisir au sujet de leur rencontre à La Haye.
  • Parsi a également tenu plusieurs réunions avec Hashemi Samareh, conseiller principal et proche confident d'Ahmadinejad, en Europe. Dans une déclaration officielle sous serment, Parsi a reconnu que lors des négociations qu'il a mises en place entre une délégation de l'équipe d'Ahmadinejad et un groupe d’hommes politiques américains les 2 et 3 août 2008 à La Haye, la délégation du régime des mollahs était dirigée par Hashemi Samareh.
  • En septembre 2008, Parsi a tenté d'encourager les hommes politiques américains à rencontrer Rahim Mashai, chef du cabinet d'Ahmadinejad. Dans ses tentatives pour attirer les hommes politiques américains pour leurs efforts, le personnel du NIAC a souligné que Parsi avait activement poursuivi cette initiative depuis plusieurs années et a promis que de hauts responsables du régime seraient présents aux réunions, y compris le vice-présent du régime de Téhéran.
  • La correspondance par courriel et la déclaration officielle de Parsi prouvent qu'en avril 2009, quelques semaines avant la parodie d’élection présidentielle de juin 2009, Parsi, ainsi que plusieurs Américains, ont rencontré et tenu des discussions avec une délégation de Téhéran au Lichtenstein.

Les documents de Wikileaks montrent des similitudes remarquables entre la position de Parsi et celle des Gardiens de la révolution (pasdaran) alors que les États-Unis ont envisagé de désigner les pasdaran comme un groupe terroriste

Le 15 août 2007, alors que le débat faisait rage au sujet de l'inclusion des pasdaran sur la liste américaine des organisations terroristes, Salman Safavi, frère de Rahim Safavi, alors commandant des pasdaran, a rencontré des représentants de l'ambassade américaine à Londres et a recommandé à la Maison-Blanche de ne pas désigner les pasdaran comme une organisation terroriste étrangère. Il est intéressant de souligner qu'un jour avant la rencontre (le 14 août), Parsi avait publié un article à ce sujet sur le site Web de la NIAC, reprenant les mêmes arguments présentés par Salman Safavi et concluant que les États-Unis ne devraient pas intégrer les pasdaran sur la liste des organisations terroristes étrangères. Voici quelques arguments :

  • L'inscription des pasdaran sur la liste des organisations terroristes étrangères aggraverait le chaos et les crises en Irak ;
  • L'inscription des pasdaran diminuerait également les chances d'amélioration des relations entre les États-Unis et l'Iran.

La position de la NIAC à l'égard du régime

Les principaux axes stratégiques que Parsi a été chargée de faire avancer sont les suivants :

Le régime des mollahs est stable et puissant et ne fait face à aucune menace crédible. Par conséquent, les États-Unis devraient reconnaître le pouvoir des mollahs et partager l'hégémonie régionale avec eux. Par exemple, en 2007, la NIAC a publié un rapport détaillé sur les perspectives de négociations américano-iraniennes, dans lequel il décrit le régime comme étant stable.

L'écrasante majorité du peuple iranien ne souhaite pas un changement de régime. L'idée d'un changement de régime et du renversement des mollahs ne bénéficie pas d'un large soutien au sein de la société iranienne. La majorité des Iraniens souhaitent des réformes dans le cadre du système actuel. Dans le même rapport de 2007, la NIAC a souligné que le peuple iranien ne veut pas de changement de régime et qu'il poursuit ses idéaux au sein du régime en l'encourageant à se réformer.

Le programme nucléaire du régime des mollahs est fondamentalement pacifique et ne contient aucune menace de composante militaire. Les mollahs devraient être autorisés à poursuivre leurs ambitions nucléaires. Le scénario selon lequel le régime des mollahs cherche à obtenir des armes nucléaires ouvre la voie à la guerre et est une répétition du scénario de la guerre en Irak.

Les sanctions déclarées contre le régime sont totalement contraires aux intérêts du peuple iranien. Elles ne font pas pression sur le régime, et doivent donc être levées.
Toute tentative pour faire pression sur les mollahs et même sur les pasdaran aurait des conséquences néfastes et devrait être évitée. En 2007, Parsi et la NIAC ont lancé une campagne pour empêcher l'inscription des pasdaran sur la liste des organisations terroristes. Parsi a affirmé que la désignation des pasdaran constituerait un obstacle à l’éventualité d'un accord entre les États-Unis et Téhéran tout en liant les mains du président des États-Unis pour avoir accepté les mollahs à Téhéran.

La campagne de la NIAC contre le mouvement d'opposition en Iran, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI)

Le revers de la médaille des tentatives pour lever les sanctions contre le régime, forçant les États-Unis à accepter le programme nucléaire du régime des mollahs, empêchant toute pression contre les mollahs, et essayant continuellement de gagner du temps pour les mollahs et leurs politiques a été une campagne systématique et hystérique de la NIAC et de Parsi contre l’OMPI / MEK, prétendant que l'organisation est un obstacle à l'établissement de la démocratie en Iran.

Les thèmes et les allégations que la NIAC et Parsi ont présentés contre l’OMPI / MEK étaient dans de nombreux cas complètement identiques à ceux que le régime avait diffusés par sa propagande officielle. Il y a une synchronisation évidente à cet égard.

Par exemple, le 30 juin 2008, la NIAC a organisé un événement au Congrès pour discuter du mouvement d'opposition en exil, en invitant deux agents bien connus du ministère iranien du Renseignement (VEVAK), Massoud Khodabandeh et son épouse Anne Singleton, dont le mandat principal a été de diaboliser l’OMPI. Il est intéressant de souligner que la police américaine a empêché l'entrée de Khodabandeh sur le sol américain parce qu'il était un agent du VEVAK.

En 2011, suite aux protestations croissantes contre l'inscription de l’OMPI sur la liste des entités terroristes, la NIAC s'est principalement concentrée sur la prévention de la radiation de l’OMPI et a eu recours à diverses méthodes pour discréditer l’OMPI / MEK et diffamer la Résistance iranienne.

Par exemple, dans une pétition signée par seulement 37 personnes à Hillary Clinton, ils ont averti que la radiation de l’OMPI mettrait en danger le mouvement démocratique en Iran et menacerait les intérêts du peuple iranien que la NIAC prétend représenter. Il convient de souligner que plusieurs parmi les 37 signataires travaillaient directement pour la NIAC ou faisaient en fait partie de son réseau. Il convient également de noter que les mêmes personnes qui s'opposaient aux sanctions et à la désignation des pasdaran demandaient le maintien de la désignation de l’OMPI. Ils prétendaient que la première action était contre les intérêts du peuple iranien tandis que la seconde (le maintien de la désignation de l’OMPI) était conforme à ces intérêts.

S'accrocher à la question des droits de la personne depuis 2009 pour blanchir le bilan de la NIAC

Suite au soulèvement du peuple iranien en 2009, qui a démontré la vacuité des revendications de Parsi visant à convaincre les États-Unis de faire des concessions aux mollahs, Parsi a été contraint de changer un peu le ton en faveur des droits de l'homme afin de pouvoir poursuivre ses activités.

Avant les événements de juin 2009, la question des droits de la personne ne faisait pas partie des activités de la NIAC et ne constituait qu'un sujet secondaire. Même après 2009 et le changement de ton évident, Parsi et la NIAC ont continué à soutenir que le peuple iranien ne souhaite pas un changement de régime et que la question des droits de la personne doit être abordée dans le contexte du régime et de ses lois. Ils ont ajouté que la véritable force du changement est l'opposition réformiste au sein du régime.

Enfin, Parsi poursuit ses activités en tentant de préserver le régime actuel et d'obtenir des concessions en sa faveur, et comme le mentionnait la lettre des sénateurs, « Au cours des dernières semaines, la NIAC a diffusé des informations condamnant l'assassinat par l'administration Trump du général iranien de haut rang Qassem Soleimani. Beaucoup de ces points de discussion parrainés par la NIAC ont répété la propre propagande du régime des mollahs concernant la grève, ce qui a incité les législateurs à demander une enquête sur les violations potentielles par la NIAC du droit américain ».

 

Multimedia

Contactez-nous

© 2020 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés