Imprimer
Quelles informations sur le rôle des Gardiens de la révolution en Iran ?

Une organisation privée aux États-Unis a envoyé une demande d'accès à l'information (Freedom of Information - FOI) à quatre agences clés pour faire la lumière sur l'accord nucléaire de 2015 et e comportement des gardiens de la révolution en Iran.

Dans cette nouvelle requête, le Centre américain pour le droit et la justice (ACLJ) demande au Département d'État, au Département du Trésor, à l'Agence de la sécurité nationale et au Bureau du directeur du renseignement national (ODNI), toutes les informations concernant l'utilisation des avions civils par la compagnie aérienne Iran Air pour les activités militaires et terroristes des Gardiens de la révolution (pasdaran) affiliés au régime iranien.

Dans son communiqué, l'ACLJ déclare : « Ce qu'ils savaient importe, puisque dans le cadre de l'accord nucléaire avec l’Iran, ils ont accepté de laisser Boeing et d'autres constructeurs d'avions vendre des avions à des compagnies aériennes iraniennes comme Iran Air. »

Le groupe souhaite également avoir tous les dossiers concernant le lien entre l'accord nucléaire et les licences OFAC délivrées à Boeing et Airbus leur permettant de vendre des avions à l'Iran, toutes les informations du gouvernement américain sur l'utilisation passée et future des avions d’Iran Air par le régime des mollahs à des fins militaires, et toutes les discussions relatives à l'accord nucléaire concernant l'utilisation militaire d'avions commerciaux par Iran Air.

L'utilisation par l'Iran d'avions commerciaux de cette manière est devenue courante après le projet de loi « Terror-Free Skies » [Ciel sans terroriste] de Peter Roskam (R-IL), qui a exposé comment les Gardiens de la révolution des mollahs ont apporté leur soutien (matériel et financier) à des groupes terroristes tels que le Hamas, le Hezbollah et le Kata'ib Hezbollah, ainsi qu'au régime de Bachar el-Assad en Syrie, et convoient des armes, des milices et de l'argent aux groupes terroristes à travers le monde.

L'ACLJ a écrit : « Le transport de djihadistes à bord d’avions commerciaux est un comportement scandaleux. Cette conduite a apparemment contribué à alimenter les atrocités de Bachar el-Assad en Syrie. Cette pratique exige une enquête approfondie. Des preuves photographiques fournies au Congrès montrent que l'Iran s’est servie de sa compagnie aérienne nationale Iran Air, pour transporter des combattants entre 2016 et 2017. Durant cette période, l'administration Obama a levé les sanctions contre Iran Air, essayant apparemment de promouvoir des ventes de plusieurs milliards de dollars entre L'Iran et le constructeur aéronautique Boeing. Dans l’avenir, cela signifie que l'Iran disposerait de plus d'avions pour transporter des combattants non seulement vers la Syrie déjà déchirée par la guerre, mais aussi vers n'importe quelle autre destination dans le monde. »