Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

La propagande autour des funérailles pour un meurtrier honni par la population en Iran

La propagande autour des funérailles pour un meurtrier honni par la population en Iran

Par Mansoureh Golestan

Des informations parues dans divers médias ont rapporté « d'énormes cérémonies funéraires » en Iran pour le commandant de la Force Qods, Ghassem Soleimani, récemment tué par une frappe américaine à Bagdad et qui a réjoui la majorité des iranien dans le pays et la diaspora.

La couverture des funérailles par BBC World Service mentionnait alternativement «des centaines de milliers», voire «des millions» d'Iraniens rendant hommage à Soleimani en tant que «héros national ». Les preuves de ces chiffres ont généralement pris la forme de clips vidéo d’émissions officielles des médias d'État.

Lors d’une session extraordinaire du Conseil de sécurité de l’État iranien à laquelle a assisté Ali Khamenei et qui s’est tenue à peine un jour après la disparition de Soleimani, les autorités ont discuté des conséquences et des mesures nécessaires à prendre. Le plus urgent : la tenue d’une «immense» cérémonie funéraire. Une mobilisation sans précédent dans tout le pays a alors commencé ce jour-là.

Chaque personne dans les forces armées, dans l'appareil de sécurité, les instituts gouvernementaux et les entités appartenant au gouvernement a été obligée de participer, ainsi que toute leur famille.

"Tous les centres d'enseignement des sciences appliquées de la province de Khorassan sont fermés le dimanche 5 janvier, afin de permettre la pleine participation du personnel et des autres classes sociales aux cérémonies funéraires", lit-on dans une circulaire publiée le lendemain de la mort de Soleimani.

Un SMS de masse envoyé aux citoyens de Chiraz, l'une des plus grandes villes du pays dans le sud, proposait : «afin de participer aux funérailles organisées à Kerman (lieu de naissance de Soleimani où il a été enterré à environ mille kilomètres de Chiraz), des services de bus gratuits ont été organisés à partir de la gare routière de Chiraz le lundi 6 janvier pour revenir mardi soir, avec le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner gratuits. » Les femmes et les hommes devaient être transférés dans des bus séparés.

Lundi, tous les magasins de Kermanshah, dans l'ouest de l'Iran, ont dû fermer et les étudiants ont été contraints de participer aux cérémonies. Les taxis ont été contraints de coller des photos de Soleimani sur leurs pare-brises. Un grand nombre d'affiches et de dépliants avec les mêmes photographies ont été diffusés par la ville.

Dans la province de Varamine, près de Téhéran, les autorités ont annoncé qu'un dîner gratuit serait offert à ceux qui participeraient aux cérémonies tenues dans les locaux du gouvernorat.

Dans l'immense prison Gohardasht à Karaj, tout le personnel administratif, 90% du personnel médical, 70% du personnel de protection et de sécurité, 60% des gardiens de prison, 90% du personnel technique, tout le personnel du magazine, 80% des services '' du personnel et 40% du personnel de la cuisine ont été envoyés de force aux cérémonies nécrologiques.

Un formulaire officiel a été distribué dimanche matin dans les écoles primaires de Téhéran. Les élèves ont dû écrire, dans leur manuscrit, un texte que leur professeur leur avait lu en hommage à Ghassem Soleimani. Le formulaire, ainsi que les commentaires requis des enseignants, doivent être conservés dans le dossier de chaque élève. Les élèves ont été invités à participer aux cérémonies funéraires après avoir rempli le formulaire.

Un directeur d'école a continué d'appeler tout le personnel pour leur demander de participer aux cérémonies et prendre des photos de selfie comme preuve de participation, afin d'être indemnisé.

Et ce ne sont là que quelques-unes des milliers de mesures prises à l’appui des objectifs de propagande définis par le Conseil de sécurité d’État des mollahs. Mais des informations précises provenant de l'intérieur du pays montrent que moins de 5% de la population des grandes villes y ont effectivement participé, le pourcentage total dans le pays ne dépassant pas 10%.

Les «formulaires d'inscription» pour les volontaires des opérations kamikazes distribués dans les mosquées et les écoles ont rencontré encore moins d'enthousiasme. En fait, de tels efforts ne sont rien de plus que des mesures destinées à remonter le moral des pasdaran.

Multimedia

Contactez-nous

© 2020 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés